Pisse-copie

On qualifie de pisse-copie un journaliste multipliant les travaux à la tâche. On attribue à ces productions écrites excessivement abondantes une piètre qualité.

Cette expression,  argotique et familière, se retrouve dans son équivalent « pisseur de copie« .

A l’origine, le terme était utilisé pour qualifier un écrivain livrant aux journaux des romans sous forme de feuilletons.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.